newsletter 179 - La hausse significative du CA des industries mécaniques en 2017 devrait encore s’intensifier

La hausse significative du CA des industries mécaniques en 2017 devrait encore s’intensifier

Publié le lundi 14 mai 2018 |

En 2017, les industries mécaniques françaises enregistrent un chiffre d’affaires de 127,8 milliards d’€, soit une augmentation de 3,3 % par rapport à l’année précédente. Une croissance en nette accélération au 4e trimestre 2017, engendrée principalement par les exportations, qui devrait s’accentuer en 2018.

 
Un marché intérieur toujours dynamique
La demande intérieure a crû de 3,8 % en 2017. Le dispositif de suramortissement mis en place en 2016 a continué à produire des effets positifs sur le marché intérieur même s’il a pris fin en avril 2017. Les principaux investissements portent sur le renouvellement de machines et sur des mises aux normes techniques de machines liées à la sécurité et à l’environnement. Le virage de l’Industrie du Futur est bien pris et les industries mécaniques se modernisent pour monter en gamme et gagner en compétitivité à l’export. A titre d’exemple, les ventes de robots industriels sur le marché intérieur ont augmenté de 29 % en 2017 par rapport à l’année précédente.
 
Des exportations en progression
La mécanique française conserve sa 6ème place sur le plan mondial en 2017 derrière la Chine, les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et l’Italie. La nette reprise de la demande étrangère a permis aux industriels de la mécanique de réaliser un chiffre d’affaires à l’international de 49,8 mds d’euros en 2017, soit une hausse de 3,2 % par rapport à l’année précédente. Le taux d’exportation atteint 39 % en 2017. Les ventes à destination des 27 pays membres de l’Union Européenne représentent plus de la moitié du total des exportations (56,2 %).
 
Les trois secteurs d’activité de la mécanique ont bénéficié de la reprise :
- La transformation des métaux progresse de 2,6 % en 2017.
- L’équipement mécanique a enregistré une hausse de 2,3 %, comparable à celle de 2016 (+ 2 %).
- La production du secteur de la précision a bondi de 8,7 % par rapport à 2016.
Des recrutements indispensables pour répondre à la croissance
Les industries mécaniques, 1er employeur industriel de France (avec environ 20 % de l’emploi industriel), comptent 615 000 salariés en 2017, soit une très légère diminution (- 0,6 %) par rapport à l’année précédente.
Une tendance qui devrait s’inverser en 2018. Face à la hausse de la demande, l’appareil productif français présente des signes de tension. Un tiers des industriels estime qu’il ne pourrait plus répondre à un surcroît de demande sans recruter (+5 points sur un an, un niveau inédit depuis la crise). Pourtant, 42 % des chefs d’entreprise signalent rencontrer des problèmes pour embaucher du personnel qualifié (source Insee - octobre 2017), ce qui risquerait de pénaliser leur croissance.
 
Des perspective favorables, mais des réserves
L’accélération de la croissance ces derniers mois augure d’une poursuite de l’investissement en 2018. Estimée par l’Insee à + 4 %, elle devrait soutenir encore l’activité liée au marché intérieur et bénéficier de la bonne conjoncture des principaux secteurs clients comme l’automobile, l’aéronautique, la chimie.
Une hausse qui sera également soutenue à l’export : selon les industriels, la demande étrangère s’améliore significativement au mois de janvier 2018, notamment pour les constructeurs de biens d’équipement. Une accélération qui s’explique par la croissance économique mondiale.
Néanmoins, les industriels ne pourront profiter pleinement de cette conjoncture favorable et rétablir leur compétitivité tant que la fiscalité de production restera aussi lourde. Pour Bruno Grandjean, président de la FIM, la France part d’un mauvais diagnostic : « une fiscalité favorable à l’innovation mais défavorable à la production. L’écosystème français n’est pas favorable au Made in France. La taxation punitive sur les usines y est unique en Europe. En témoignent notamment la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) et la CFE (cotisation foncière des entreprises) qui taxent l’entreprise avant même qu’elle fasse des bénéfices. Pire, elles pénalisent une entreprise qui investit. La FIM souhaite que ces deux taxes soient transformées en complément d’IS, comme en Allemagne. »
Par ailleurs, la hausse du coût des matières premières reste un sujet d’inquiétude notamment pour les fabricants de biens d’équipement (+ 12 % en moyenne pour les aciers sur l’année 2017 et + 16 % pour les non-ferreux).
Dans ce contexte économique, la Fédération estime à environ 3 % la hausse de l’activité des industries mécaniques en 2018.

A la une

Publié le 14-05-2018 | A la une

En 2017, les industries mécaniques françaises enregistrent un chiffre d’affaires de 127,8 milliards d’€, soit une augmentation de 3,3 % par rapport à l’année précédente. Une croissance en nette accélération au 4e trimestre 2017, engendrée principalement par les exportations, qui devrait s’accentuer en 2018.

Actualités en France et dans le monde

Publié le 14-05-2018 | Actualités en France et dans le monde

Stäubli et Schneider Electric signent un partenariat pour intégrer plus facilement les solutions robotiques dans les machines intelligentes EcoStruxureTM
- Intégrer de manière transparente la robotique dans les systèmes d’automatisation
- Gagnez du temps et des efforts avec une programmation standardisée

Publié le 14-05-2018 | Actualités en France et dans le monde
Après l’obtention du permis de construire il y a quelques mois, le chantier du nouveau bâtiment de l’entreprise vient de débuter ! Ce projet de 13 millions d’euros permettra d’accueillir  l’ensemble des équipes de MÉCANUMÉRIC sur une surface de 13 000 , et de recruter 70 personnes d’ici 2020.

Publié le 14-05-2018 | Actualités en France et dans le monde
Florence Parly, ministre des Armées, a officialisé le lancement du Plan d’Etude Amont « Man-Machine-Teaming » attribué par la DGA à Dassault Aviation et à Thales pour développer les technologies d’Intelligence Artificielle nécessaires à l’aviation de combat du futur.

Publié le 14-05-2018 | Actualités en France et dans le monde
Une formidable mobilisation de toute la communauté est amorcée !

Produits nouveaux

Publié le 14-05-2018 | Produits nouveaux

Les robots industriels des grandes installations de production ne peuvent être utilisés efficacement sans un mouvement linéaire sur un septième axe dans les grandes lignes de production. Une alimentation en énergie sûre de l'armoire électrique au robot doit être garantie pour cette translation. C'est la raison pour laquelle igus vient d'ajouter à sa gamme de câbles destinés aux chaînes porte-câbles du secteur robotique, deux nouveaux câbles hybrides en PUR, baptisés CFSPECIAL.792.015 et CFSPECIAL.792.016. Ultra souples, ces nouveaux câbles chainflex ont été mis au point pour les robots Fanuc.

Publié le 14-05-2018 | Produits nouveaux


La société ASP, basée à Eulmont en Lorraine, innove encore et rend désormais possible des tests de vieillissement accéléré de certains équipements automobiles à des températures extrêmes de -40°C à +90°C. Sa solution « Housse Clim », déjà installée sur différents sites en Allemagne, en Slovaquie, au Mexique et en France, renforce la position de leader international de la société. La température optimale de fonctionnement d’un robot industriel oscille, selon les constructeurs, entre 5°C et 50°C. Or, lors de certains tests sur des équipements automobiles tels que tableaux de bord ou sièges, les températures des cabines dans lesquelles se déroulent ces tests peuvent atteindre des températures extrêmes allant de -40°C à +90°C

Publié le 14-05-2018 | Produits nouveaux

Les chaînes de transfert sont utilisées dans diverses applications industrielles où les produits doivent être transportés à l'étape suivante du processus de production, y compris les situations nécessitant une propreté particulière ou un convoyage sans à-coups de produits sensibles ou fragiles.

 

Publié le 14-05-2018 | Produits nouveaux

Le concepteur FAO/CAO OPEN MIND présente hyperMILL® VIRTUAL Machining, solution clé pour l’implémentation de la fabrication numérique. A partir de données CN, cette solution de simulation offre une parfaite reproduction virtuelle de la réalité avec la machine. Dans la lignée du concept Industrie 4.0, une mise en réseau bidirectionnelle est établie entre le dispositif de commande de la machine et hyperMILL® VIRTUAL Machining Center, permettant ainsi d’atteindre des niveaux de contrôle et d’optimisation des processus inégalés.

Salons et conférences

Publié le 14-05-2018 | Salons et conférences

Après une première venue réussie en juin dernier, la célèbre école d'ingénieurs, spécialisée dans les nouvelles mobilités, renforce sa participation au travers d'une palette d'initiatives présentées ci-dessous.

Conférence animée par Nassim Rizoug enseignant-chercheur, le mercredi 13 en milieu de matinée

Publié le 14-05-2018 | Salons et conférences

Après l’acquisition en 2017 des salons TOLEXPO et MIDEST, regroupés avec INDUSTRIE et SMART INDUSTRIE sous la bannière du nouveau GLOBAL INDUSTRIE, GL events annonce l’acquisition d’EVEN PRO, organisateur de salons de l’industrie en région. Le groupe renforce ainsi sa présence sur la filière en fédérant les acteurs et dynamisant leur capacité de développement économique.

 

Publié le 14-05-2018 | Salons et conférences

Après 4 jours intenses à Moutier, les organisateurs de SIAMS concluent cette période par un bilan très positif de l’édition 2018. De l’avis général des exposants, le climat des affaires est à l’image de la météo de cette semaine à Moutier : au beau fixe. Le nombre d’entrées oscille entre 3 000 et 3 500 par jour et atteint un total à peine inférieur aux 14 000 visiteurs de 2016.

Publié le 14-05-2018 | Salons et conférences

Pour rester au courant des dernières innovations technologiques mondiales et considérer l'avenir de la fabrication, il n'y a pas de meilleur lieu que IMTS - le Salon international des technologies de fabrication, tenu au McCormick Place à Chicago, Illinois , États-Unis, du 10 au 15 septembre 2018.

Vu pour vous

Publié le 14-05-2018 | Vu pour vous

La fabrication numérique englobe plusieurs procédés différents qui répondent à des besoins variés pendant le cycle de vie du produit. Un prototype rapide peut s’avérer nécessaire pour montrer l’apparence générale d’un produit afin de le présenter à des investisseurs. Il vous faut peut-être un prototype qui fonctionne pour le mettre à l’essai ou encore une pièce entièrement adaptée à une production de petites séries qui vous permette de commercialiser votre produit rapidement pour juger de la demande du marché. Quels que soient vos impératifs, la fabrication numérique peut souvent vous permettre d’accélérer le processus de développement mais elle peut aussi servir tout au long de la vie du produit.

Mentions légales