Newsletters Archivées

Newsletter N°114

Publié le 13-06-2014 Newsletter N°114

Aïe ! Voilà que pour des raisons pratiques, cette newsletter va sortir un vendredi 13. Si l’on en croit les spots à la télévision, c’est le moment de jouer au Loto pour gagner le gros lot. Tu parles, encore un coup marketing pour pousser le plus grand nombre à jouer alors que, justement, le vendredi 13 étant marqué par la malchance, ils n’ont aucune chance de gagner ce jour-là ! Bon, admettons que c’est un bon jour pour les jeux. Mais est-ce le bon moment pour envoyer une newsletter ? N’y a-t-il pas un risque que cela lui porte malheur, que tout se passe mal, que Murphy et sa satanée loi s’en mêlent et que tout parte en vrille ?

Newsletter n°113

Publié le 28-05-2014 Newsletter n°113

C’est l’histoire de gens qui veulent améliorer le confort global de leurs clients en achetant des trains tout neufs pour le réseau ferroviaire régional et qui, une fois les commandes établies et les ordres de fabrication lancés, se rendent compte que les machines dont ils ont fait l’acquisition sont trop larges pour passer sur certains quais. C’est presque drôle… et cela devient franchement risible lorsque les responsables de l’erreur se renvoient la balle pour ne pas avoir à payer les travaux nécessaires pour corriger le tir. Reste que ce sont quelque 1300 quais de gare qu’il va falloir raboter d’ici à la mise en route des nouvelles rames. Mais rassurez-vous, que la facture incombe à RFF, à la SNCF ou aux Régions, on sait bien de quel porte-monnaie sortiront les sous : le vôtre !

Newsletter N°112

Publié le 15-05-2014 Newsletter N°112

Rappelez-vous les mirobolants contrats de départ en préretraite dont nous avons tous été témoins un jour ou l'autre. Mais si, souvenez-vous de ces sémillants cadres qui partaient, à tout juste 52 ans et quelques mois passés, avec une bonne besace de milliers de francs (à l'époque) en attendant le déblocage de leurs droits à 60 ans. Des droits souvent sympathiques car nombre d'entre eux ayant commencé à travailler de bonne heure, leurs comptes débordaient de trimestres. Bien sûr, cela ne valait que dans les grandes entreprises qui en ont usé (qui a dit abusé ?) pour restructurer leurs équipes. Mais pourquoi je vous parle de ça, vous dites-vous ?

Newsletter N°111

Publié le 17-04-2014 Newsletter N°111

Attention, mois de mai en vue ! La bête noire des employeurs de tous crins revient, toujours source des mêmes angoisses. A commencer par cette question : « comment va-t-on pouvoir faire notre boulot dans ce mois maudit qui cumule jours fériés à répétition et nécessité de solder ses congés annuels ? ». J’ai fait un petit calcul. Pour ceux qui ont décidé d’aménager leur poste pour ne pas travailler le mercredi, il suffira de poser 6 jours pour ne travailler que deux jours par semaine tout au long du mois. Des semaines de boulot de 2 jours et des week-ends de 5 ! L’exact contraire de ce qu’on vit le reste de l’année. Un anti-mois quoi !

Newsletter N°110

Publié le 01-04-2014 Newsletter N°110

On connaissait la « rock & roll attitude », la « positive attitude », voici que nous arrive de Toulouse la… conviviale attitude. Mieux : la conviviale attitude au travail ! De quoi s’agit-il ? D’une posture, d’un état d’esprit à adopter en entreprise pour améliorer les relations entre collègues et « rendre son boulot épanouissant », explique l’inventeur du concept, un chef d’entreprise toulousain, qui vient également de sortir un livre-recueil de 96 attitudes concrètes à suivre pour sourire en travaillant (attention, pas « siffler en travaillant ». Ça, c’est dans Blanche Neige et, au contraire, ça a plutôt tendance à irriter les collègues).

Newsletter N°109

Publié le 20-03-2014 Newsletter N°109

Combien de fois a-t-on entendu cette phrase pendant notre jeunesse ? Une maxime en forme de menace, destinée à pousser les jeunes gamins que nous étions à accepter de faire des compromis, d’accepter des petits désagréments en échange d’un grand ou d’un petit plaisir. Nous ne sommes plus des gamins désormais, mais ce fameux « on n’a rien sans rien ! » est on ne peut plus d’actualité. Au point que maintenant, il faut choisir entre prendre un bain de soleil et… respirer normalement. Résultat, on se surprend à espérer qu’il fera mauvais le lendemain, voire qu’il pleuve pour éliminer le nuage de pollution qui s’est formé grâce à la présence d’un anticyclone au-dessus de nos têtes ! Ce n’est pas le choix entre la peste et le choléra, mais on commence à s’en rapprocher…

Newsletter N°108

Publié le 06-03-2014 Newsletter N°108

Vous avez vu ça ? Le jour de la cérémonie des Oscars, à Hollywood, Ellen DeGeneres, une animatrice vedette de la télévision américaine, a twitté une photo, pardon, un selfie – une photo de soi-même prise avec son téléphone – reprise, pardon, retweeté… trois millions de fois ! Bon, d’accord, sur la photo, il y avait quelques personnages connus du genre Brad Pitt (Inevitable…), Angelina Jolie, Kevin Spacey, Julia Roberts (La vie est belle…), Meryl Streep, Jared Leto, Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, bref, des gens habitués à la notion de publicité… Mais quand-même ! Trois millions de fois ! C’est complètement fou…

Newsletter N°107

Publié le 20-02-2014 Newsletter N°107

Si l’on n’en revient pas avec une brouette entière de médailles, les jeux olympiques d’hiver de cette année auront au moins eu le mérite de nous montrer les limites de la mondialisation. En effet, cette année, j’ai décidé d’y jeter un œil. Après tout, pourquoi pas ?

Newsletter N°106

Publié le 06-02-2014 Newsletter N°106

Quelqu’un peut-il m’expliquer la politique marketing de la Française des Jeux ? Parce que j’avoue que moi, je n’y comprends rien ! Vous avez vu leur dernière publicité ? On y voit un type qui vient au « bureau de réalisation des rêves » après avoir gagné le gros lot. Son rêve ? Aller sur une île déserte pour « vivre à poil ». Autrement dit, le gars qui a gagné des millions désire… ne rien avoir ! Même pas des fringues ! N’importe quoi…

Newsletter N°105

Publié le 23-01-2014 Newsletter N°105

C’est drôle, chaque année, on remet les compteurs à zéro, on repart du bon pied après les fêtes, souvent le ventre lourd, la paupière tombante et le teint un peu blafard, mais prêt à en découdre, à faire tout ce que l’on n’a pas pu réaliser l’année précédente. Les plus courageux se fixent des objectifs, énoncent des « bonnes résolutions »… et puis dès la première semaine, allez savoir pourquoi, on est déjà en retard sur tout !

Mentions légales